ALLAN KARDEC (10 ouvrages)

Bibliographie d'Allan KARDEC

 

 LE LIVRE DES ESPRITS

 

Le Livre des Esprits est l’ouvrage de base en matière de Spiritisme, il est composé de plus de mille question posées aux Esprits qui nous enseignent sur la vie de l’Au-delà ainsi que sur la vie présente et sur de nombreux points philosophiques.

 

 

      

          

 

 

 


 

 

 LE LIVRE DES MÉDIUMS

 

Publié en 1861, Le Livre des Médiums est la suite logique de celui des « Esprits ». Si ce dernier pose les fondements théoriques de la doctrine, par contre, Le Livre des Médiums, comme son nom l'indique, traite des conséquences pratiques de la théorie. Allan Kardec établit toujours un rapport entre l'aspect théorique et l'aspect expérimental. Il nous reste donc plus qu'à suivre en détail la pratique de la faculté médiumnique de certains êtres humains.

 

 

                 

 

 

 


 

 

 L'ÉVANGILE SELON LE SPIRITISME

 

Le livre, dont le premier titre est l'Imitation de l'Evangile selon le spiritisme, paraît en 1864.Dans la Préface, dictée par l'Esprit de Vérité (le Consolateur), il est écrit : « Hommes, frères que nous aimons, nous sommes près de vous ; aimez-vous les uns les autres, et dites du fond de votre coeur, en faisant les volontés du Père qui est au ciel: Seigneur ! Seigneur ! Et vous pourrez entrer dans le royaume des cieux. »
Après une courte introduction, l'auteur analyse en vingt-cinq chapitres les maximes morales de l'Evangile et les applications spirites de l'enseignement du Christ. 

                 

 

 

 


 

LA GENÈSE SELON LE SPIRITISME

 

 Un an avant sa mort, plus exactement en janvier 1868, Allan Kardec publie son dernier grand livre. Après avoir établi les bases théoriques et pratiques de la doctrine, il lui reste encore à interpréter l'Ancien et le Nouveau Testament selon le spiritisme. D'ailleurs, dès les premières lignes de son Introduction il écrit :

« Le nouvel ouvrage est un pas de plus en avant dans les conséquences et les applications du spiritisme. Il a pour objet l'étude de trois points diversement interprétés et commentés jusqu'à ce jour : - la Genèse; - les miracles; - les prédications dans leurs rapports avec les lois nouvelles qui découlent de l'observation des phénomènes spirites. »Il y aura donc trois grandes parties. Cependant, comme à l'accoutumée, Allan Kardec repasse en revue les principaux principes de la doctrine spirite. Pour le sujet qu'il traite, ce sont surtout les caractères de la révélation spirite l'intéressent. D'autre part, après avoir défini l'existence de Dieu, l'auteur emprunte quelques idées morales sur le thème du bien et du mal à son livre précédent : Le ciel et l'enfer. Ce n'est qu'ensuite qu'il interprète la Genèse.

                                                                         

 

 

 


 

LE CIEL ET L'ENFER

 Le livre, publié en 1865, comprend deux parties : Doctrine et Exemples.
Dans la première partie, une dizaine de chapitres traitent de la mort, du ciel et de l'enfer, du purgatoire, des peines éternelles, des anges et des démons, ainsi que du problème de l'évocation des morts.
La deuxième partie de l'ouvrage classe par catégories les innombrables exemples de survivance obtenus par le moyen de communications
.

classifications concernant les groupes :
a) Esprits heureux ;
b) Esprits dans une situation moyenne ;
c) Esprits souffrants ;
d) Suicidés ;
e) Criminels repentants ;

f) Esprits endurcis ;
g) Expiations terrestres.

 

                                  


 

 

QU'EST-CE QUE LE SPIRITISME

 

Les personnes qui n'ont du spiritisme qu'une connaissance superficielle, sont naturellement portées à faire certaines questions dont une étude complète leur donnerait sans doute la solution ; mais le temps, et souvent la volonté leur manquent, pour se livrer à des observations suivies. Il nous a donc paru utile de présenter, dans un cadre restreint, la réponse à quelques-unes des questions fondamentales qui nous sont journellement adressées ; ce sera, pour le lecteur, une première initiation, et, pour nous, du temps gagné par la dispense de répéter constamment la même chose.
Le premier chapitre contient, sous forme d'entretiens, la réponse aux objections les plus ordinaires de la part de ceux qui ignorent les premiers fondements de la doctrine, ainsi que la réfutation des principaux arguments de ses contradicteurs. Cette forme nous a paru la plus convenable, parce qu'elle n'a pas l'aridité de la forme dogmatique.
Le second chapitre est consacré à l'exposé sommaire des parties de la science pratique et expérimentale sur lesquelles, à défaut d'une instruction complète, l'observateur novice doit porter son attention pour juger en connaissance de cause ; c'est en quelque sorte le résumé du Livre des Médiums. Les objections naissent le plus souvent des idées fausses que l'on se fait, a priori, sur ce que l'on ne connaît pas ; rectifier ces idées, c'est aller au devant des objections : tel est le but de ce petit écrit.
Le troisième chapitre peut être considéré comme le résumé du Livre des Esprits ; c'est la solution, par la doctrine spirite, d'un certain nombre de problèmes du plus haut intérêt, de l'ordre psychologique, moral et philosophique, que l'on se pose journellement, et dont aucune philosophie n'a encore donné de solutions satisfaisantes. Qu'on essaie de les résoudre par toute autre théorie et sans la clef qu'en fournit le spiritisme, et l'on verra quelles sont les réponses les plus logiques et qui satisfont le mieux la raison.

       

                                                                

 

 


 

L'OBSESSION

 On a souvent parlé des dangers du spiritisme, et il est à remarquer que ceux qui se sont le plus récriés à cet égard sont précisément ceux qui ne le connaissent guère que de nom. Nous avons déjà réfuté les principaux arguments qu'on lui oppose, nous n'y reviendrons pas ; nous ajouterons seulement que si l'on voulait proscrire de la société tout ce qui peut offrir des dangers et donner lieu à des abus, nous ne savons trop ce qui resterait, même des choses de première nécessité, à commencer par le feu, cause de tant de malheurs, puis les chemins de fer, etc., etc.. Si l'on croit que les avantages compensent les inconvénients, il doit en être de même de tout ; l'expérience indique au fur et à mesure les précautions à prendre pour se garantir du danger des choses qu'on ne peut éviter.
Le spiritisme présente en effet un danger réel, mais ce n'est point celui que l'on croit, et il faut être initié aux principes de la science pour le bien comprendre. Ce n'est point à ceux qui y sont étrangers que nous nous adressons ; c'est aux adeptes mêmes, à ceux qui pratiquent parce que le danger est pour eux.
Il importe qu'ils le connaissent, afin de se tenir sur leurs gardes : danger prévu, on le sait, est à moitié évité. Nous dirons plus ici, pour quiconque est bien pénétré de la science, il n'existe pas ; il n'est que pour ceux qui croient savoir et ne savent pas c'est-à-dire, comme en toutes choses, pour ceux qui manquent de l'expérience nécessaire.
Un désir bien naturel chez tous ceux qui commencent à s'occuper du spiritisme, c'est d'être médium, mais surtout médium écrivain. C'est en effet le genre qui offre le plus d'attrait par la facilité des communications, et qui peut le mieux se développer par l'exercice.
On comprend la satisfaction que doit éprouver celui qui, pour la première fois, voit se former sous sa main des lettres, puis des mots, puis des phrases qui répondent à sa pensée. Ces réponses qu'il trace machina lement sans savoir ce qu'il fait, qui sont le plus souvent en dehors de toutes ses idées personnelles, ne peuvent lui laisser aucun doute sur l'intervention d'une intelligence occulte ; aussi sa joie est grande de pouvoir s'entretenir avec les êtres d'outre-tombe, avec ces êtres mystérieux et invisibles qui peuplent les espaces ; ses parents et ses amis ne sont plus absents ; s'il ne les voit pas par les yeux, ils n'en sont pas moins là ; ils causent avec lui, il les voit par la pensée ; il peut savoir s'ils sont heureux, ce qu'ils font, ce qu'ils désirent, échanger avec eux de bonnes paroles ; il comprend que sa séparation d'avec eux n'est point éternelle, et il hâte de ses voeux l'instant où il pourra les rejoindre dans un monde meilleur. Ce n'est pas tout, que ne va-t-il pas savoir par le moyen des Esprits qui se communiquent à lui ! Ne vont-ils pas lever le voile de toutes choses ?
Dès lors plus de mystères, il n'a qu'à interroger, il va tout connaître. Il voit déjà l'antiquité secouer devant lui la poussière des temps, fouiller les ruines, interpréter les écritures symboliques et faire revivre à ses yeux les siècles passés.
Celui-ci, plus prosaïque et peu soucieux de sonder l'infini où sa pensée se perd, songe tout simplement à exploiter les Esprits pour faire fortune. Les Esprits qui doivent tout voir, tout savoir, ne peuvent refuser de lui faire découvrir quelque trésor caché ou quelque secret merveilleux.
Quiconque s'est donné la peine d'étudier la science spirite ne se laissera jamais séduire par ces beaux rêves ; il sait à quoi s'en tenir sur le pouvoir des Esprits, sur leur nature et sur le but des relations que l'homme peut établir avec eux.
Rappelons d'abord, en peu de mots, les points principaux qu'il ne faut jamais perdre de vue, parce qu'ils sont comme la clef de voûte de l'édifice.

       

 

 

                                                                


 

 

LES ŒUVRES POSTUMES

 

Dans ces OEuvres posthumes,Allan Kardec vient compléter son fabuleux travail de codificateur de la philosophie spirite.
Il nous parle de son initiation au spiritisme : "C'est en 1854 que j'entendis parler pour la première fois des tables tournantes. Un jour, je rencontrai M. Fortier, le magnétiseur, que je connaissais depuis longtemps ; il me dit : Savez-vous la singulière propriété qu'on vient de découvrir dans le magnétisme ? Il paraît que ce ne sont plus seulement les individus qu'on magnétise, mais les tables qu'on fait tourner et marcher à volonté. - «C'est fort singulier, en effet, répondis-je ; mais à la rigueur cela ne me paraît pas radicalement impossible. Le fluide magnétique, qui est une sorte d'électricité, peut très bien agir sur les corps inertes et les faire mouvoir.» Les récits que publièrent les journaux d'expériences faites à Nantes, à Marseille et dans quelques autres villes, ne pouvaient laisser de doute sur la réalité du phénomène.
A quelque temps de là je revis M. Fortier, et il me dit : «Voici qui est bien plus extraordinaire ; non seulement on fait tourner une table en la magnétisant, mais on la fait parler ; on l'interroge et elle répond. - Ceci, répliquai-je, est une autre question ; j'y croirai quand je le verrai, et quand on m'aura prouvé qu'une table a un cerveau pour penser, des nerfs pour sentir et qu'elle peut devenir somnambule ; jusque-là, permettez-moi de n'y voir qu'un conte à dormir debout.»

Puis, il nous en explique les principes fondamentaux, et surtout nous délivre de nouvelles révélations sur l’avenir du spiritisme et la destinée de l’humanité : "Le Spiritisme a eu, comme toutes choses, sa période d'enfantement, et jusqu'à ce que toutes les questions, principales et accessoires qui s'y rattachent, aient été résolues, il n'a pu donner que des résultats incomplets ; on a pu en entrevoir le but, en pressentir les conséquences, mais seulement d'une manière vague. De l'incertitude sur les points non encore déterminés devaient forcément naître des divergences sur la manière de les considérer ; l'unification ne pouvait être que l'oeuvre du temps ; elle s'est faite graduellement à mesure que les principes se sont élucidés. Ce n'est que lorsque la doctrine aura embrassé toutes les parties qu'elle comporte qu'elle formera un tout harmonieux, et c'est seulement alors qu'on pourra juger ce qu'est véritablement le Spiritisme".
C'est la mort corporelle d'Allan Kardec qui a interrompu la finalité de cet ouvrage mais depuis d'autres auteurs sont venus la compléter

 

       

                             

                                  


 

 

RECUEIL DE PRIÈRES

 

Aux Anges gardiens et aux Esprits protecteurs.

Pour éloigner les mauvais Esprits.

Pour demander à se corriger d'un défaut.

Pour demander à résister à une tentation.

Action de grâces pour une victoire obtenue sur une tentation.

Pour demander un conseil

Dans les afflictions de la vie.

Action de grâces pour une faveur obtenue

Acte de soumission et de résignation

Dans un péril imminent

Action de grâces après avoir échappé à un danger.

Au moment de s'endormir

En prévision de sa mort prochaine

Pour quelqu'un qui est dans l'affliction.

Action de grâces pour un bienfait accordé à autrui

Pour nos ennemis et ceux qui nous veulent du mal.

Actions de grâces pour le bien accordé à nos ennemis.

Pour les ennemis du Spiritisme.

Prière pour un enfant qui vient de naître.

Pour un agonisant.

Pour quelqu'un qui vient de mourir

Pour les personnes que l'on a affectionnées

Pour les âmes souffrantes qui demandent des prières.

Pour un ennemi mort.

Pour un criminel.

Pour on suicidé.

Pour les Esprits repentants.

Pour les Esprits endurcis.

Pour les malades.

Pour les obsédés

Elévation vers Dieu.

   

 


 

INSTRUCTION PRATIQUE SUR LES MANIFESTATIONS SPIRITES

 

La médiumnité, quels que soient ses aspects, tient de sa qualité en raison de l'évolution morale des médiums, on peut dire que les qualités requises pour être entouré d'une façon sécurisante par les bons Esprits sont : la bonté, la bienveillance, la simplicité du coeur, l'amour du prochain, le détachement des choses matérielles. Les défauts qui les repoussent et ouvrent la porte aux Esprits inférieurs sont : l'orgueuil, sous toutes ses formes, l'égoïsme, l'envie, la jalousie, la haine, la cupiditél la sensualité, la luxure et toutes les passions par lesquelles l'homme s'attache à la matière.

 

Cet ouvrage vous explique les différents modes de communication avec les Esprits et un exposé détaillé du vocabulaire spirite complète cette instruction. on vous initie ensuite à l'écriture tout en vous précisant les conditions dans lesquelles il convient de pratiquer

 

 



Réagir


CAPTCHA