jesus chez vous

QUELQUES ENTRETIENS DE JESUS AVEC LES APÔTRES- EXTRAITS DU LIVRE  :((JESUS CHEZ VOUS)) PSYCHOGRAPHIE PAR CHICO XAVIER- CECI AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU CONSEIL SPIRITE INTERNATIONAL

                                                                    ------------------------

Introduction-

Pour les studieux en général, le Christ est celui dans l'Histoire qui a modifié le cours des évènements politiques du monde,

Pour la plupart des théologiens , il est juste un sujet d'étude cité dans les écritures sacrées ayant changé le cours des interprétations de la foi

Pour les philosophes, il est l'objet de polémiques interminables , et pour la mutitude  des croyants ordinaires, il est le bienfaiteur providentiel au moment  des crises difficiles de la vie courante

Toutefois, quand l'homme prend conscience  de la grandeur de la Bonne Nouvelle, il comprend que le Maître n'est pas seulement le réformateur de la civilisation, le législateur de la croyance, la tête de file d'une philosophie ou un pourvoyeur de facilités . Il est par-dessus tout le rénovateur de la vie de chacun d'entre nous.

Lorsqu'il comprend la sublimité de cet enseignement , l'homme aime se rendre   au temple pour orienter ses pas. Mais il ne se contente pas des réunions coutumières pour manifester son adoration; il ramène son ami Céleste dans son sanctuaire familial..

Jésus  contrôle alors les passions, corrige les comportements et inspire les mots pour que le comportement de son apprenti soit le reflet des ses enseignements éternels. C'est ainsi que le Seigneur  espère étendre le royaume divin de la paix et de l'amour sur la Terre.

Quand l'Evangile pénètre dans une maison, le coeur ouvre plus facilement sa porte au Maître  divin.

Neio Lùcio connaît cette vérité profonde  et dédie aux nouveaux disciples quelques leçons que le Seigneur  a destinées au cercle  plus intime des apôtres et des disciples de la première heure.    Presque vingt siècles se sont écoulés depuis les prémisses de la Bonne Nouvelle; et aujourd'hui , la maison de Simon est le monde entier.

Jésus parle encore aux compagnons sous toutes les latitudes. Que sa voix ferme et douce  puisse graver dans le livre de notre âme la leçon rénovatrice qui nous fqit tant défaut , et nous convertisse  en des semeurs actifs de son amour infini.
C'est le plus grand bonheur auquel nous pouvons aspirer.

 

I- LE CULTE CHRETIEN A LA MAISON
Le ciel était empli d'étoiles dans la nuit argentée par le clair de lune . le Seigneur installé provisoirement chez Pierre pris les Saintes Ecritures et, voulant changer le cours de la conversation qui devenait stérile et peu enrichissante, il parla avec bonté : Simon, que fait le pêcheur quand il se rend au marché avec les fruits de chaque jour ?

l'apôtre réfléchit quelques instants et répondit hésitant : Maître, nous choisissons naturellement  les meilleurs poissons . Personne n'achète des restes de la pêche.

Jésus sourit et demanda de nouveau :

-et le potier ?que fait-il pour éxécuter le travail qu'il se propose de faire ?

Seigneur, il doit sûrement modeler la terre en la façonnant pour lui donner la forme souhaitée, répondit le pêcheur, intrigué.

l'AMI Céleste, posant sur lui un regard compatissant et fulgurant, insista :

et comment procède la charpentier  pour exécuter son travail ?

l'interlocuteur, très simple, r&torqua sans vaciller :

pour travailler le bois, il utilisera la doloire et la scie,, le marteau et le ciseau, sinon, il ne pourra pas tailler la pièce brute .

 Jésus se tut quelques instants et ajouta  :

C'est ainsi que doit être la maison vis-à-vis du monde.

Le berceau domestique est la première école et le premier temple de l'âme.

La demeure de l'homme forgera les caractères pour la vie en commun.

La paix dans le monde commence sous le toit que nous choisissons . Si nous n'apprenons pas à vivre en paix entre quatre murs, comment espérer l'harmonie entre les nations ? si nous ne nous habituons pas à aimer le frère le plus proche, celui qui est associé à notre lutte quotidienne, comment allons nous respecter le Père Eternel qui nous semble si distant ?

 

Jésus balaya  du regard la modeste salle, fit un petit intervalle et continua ,

Pierre, allumons ici une clarté nouvelle autour de ceux qui nous demandent une assistance fraternelle .La table de table de ta maison est la demeure de ton pain. c'est là que tu reçois du Seigneur l'aliment de chaque jour, Pourquoi ne pas installer autour d'elle la semence  du bonheur et de la paix  dans les conversations et dans les pensées ? Le Père qui nous donne par le sol le blé destiné à la grange, nous envoie la lumière par le Ciel,  Tout comme la clarté découle  des rayons qui la composent , l'abondance commence par la semence . C'est pour cela que l'Evangile n'a pas commencé par une multitude , mais par la demeure simple des pasteurs et des animaux.

 

Simon Pierre regarda le Maître les yeux humides et lucides  et comme s'il n'arrivait pas à trouver les mots qu'il fallait  pour s'expliquer , il murmura timidement :

Maître , qu'il en soit comme tu le souhaites.

Alors Jésus, invitant la famille de l'apôtre à se joindre à un dialogue édifiant et à une méditation élévée, déroula les Ecritures de la sagesse  et commença le premier culte Chrétien dans une maison sur la Terre.

 

VII - LE PLUS GRAND SERVITEUR

         Participant à la réunion familiale , à un certaint moment, Philippe demanda au Divin Maître : Seigneur quel est le plus grand serviteur du Père parmi ;les hommes de la terre?
Jésus réfléchit  quelques minutes et raconta : une grande multitude était réunie  dans un grand champ où se trouvait un guerrier fameux chargés d'épées et de médailles qui donnait des leçons de tactique militaire , en incitant son auditoire à apprendre à se défendre . Le peuple se mit à faire des exercises laborieux, en sautant et en courant dans tous les sens, sans que cela leur apporte quelque chose.

Mais ils continuèrent tout de même dans cette direction avec enthousiasme et beaucoup de jeunes furent emportés dans les activités préparatoires  d'une guerre probable . Peu de temps après, arriva dans la même région un grand politicien muni d'un ensemble de règlementations qui divisa la masse en plusieurs partie . Les jeunes se déclarèrent contre les vieux, les foyers pauvres contre les riches, les serfs contre les privilégiés.

Il eut des améliorations matérielles, car la compétition entre les groupes avait été  introduite dands cette région, mais le politicien repartit en laissant derrière lui les épineux buissons de la haine, de la désillusion  et de la discorde entre ses collaborateurs.

Après lui, vint un philosophe, portant sous le bras de volumineux volumes. Il divisa le peuple en plusieurs écoles de croyances qui rapidement propagèrent des discussions stériles dans tous les cercles . Rapidement , tout le monde douta de tout, même de sa propre existence.

La philisophie présentait sans aucun doute des avantages spécifiques, parmi lesquels l'exhortation à la pensée, mais les perturbations qui s'en suivaient étaient trop lamentables Le philosophe avait laissé de nombreuses questions inutiles pour des cerveaux qui n'étaient pas capables de faire un effort pour s'élever.

Ensuite se présenta un religieux avec une belle robe bardée de symboles. Celui-ci leur enseigna de nombreuse règles pour adorer le Père. Le peuple apprit à plier les genoux, à se laver , et à supplier la protection divine aux heures convenues .Mais les problèmes fondamentaux de la communauté continuaient toujour.

 

Dans ce vaste domaine, il n'y avait aucune directive de travail, pas d'enthousiasme permanent , pas de valeur, pas de joie,  la maladie et la mort, la nécessité et l'ignorance rôdaient autou de tous.

Pourtant un jour apparut un homme simple, il n'avait ni armes, ni écritures, ni discussions, ni images, mais par son sourire spontané, il révèlait un rempli de bonne volonté qui guidait ses mains laborieuses.

Il ne prêchait aucune doctrine spectaculaire, mais par ses gestes de bonté pure et constante, il rendait un culte sincère au Tout-Puissant . Il prit de la notoriété car il avait labouré un petit lopin de terre en le décorant de fleurs et de fruits précieux .

Il discutait aec ses compagnons de lutte, leur donnant des enseignements fraternels et édifiants  et il transmettait  son expérience à,tous ceux qui voulaient l'écouter.

Il travailla le bois, planta des arbres bienfaisants, construisit des maisons et installa une école moderne,  rapidement , se répandirent autour de lui la santé et la paix, la fraternité et les bénédictions du travail, la prospérité et la joie de vivre.

Grâce à l'esprit de travail et d'enseignement qu'il divulguait, les défenses étaient bonnes, la politique aidait; la philosophie était précieuse et la religion utile, car toutes ces actions sur le terrain étaient maintenant orientées pae le saint impératif de l'exécution du devoir personnel pour le bien de tous.

 

Le Christ se tut, mais la petite assistance  n'osa pas poser de question.

Après avoir contemplé l'horizon au loin pendant de longs instants d'une pensée muette, le Maître conclut :

En vérité, beaucoup de travailleurs dans le monde méritent  les bénédictions du ciel en raison du bien qu'ils apportent  aux corps et aux esprits, mais celui qui éduque l'esprit éternel par l'enseignement et par le service est supérieur à tous.

                                          -----------------------------

LE MESSAGER DE L'AMOUR

 

Lors de cette réunion , il était question de la prépondérance des sages de la terre, quand Jésus prenant la parole, raconta simple et serein :

Il y a de nombreuses années, alors que le monde passait par une crise calamiteuse d'ignorance et de perversité, le Père Tout Puissant lui envoya un messager de la science avec la mission de lui remettre le glorieux message de la vie éternelle.

Prenant forme dans la sphère de la chair, le savant ouvrier devint professeur et très intéressé par les lettres, il se passionna exclusivement pour les ouvrages de l'intelligence, en s'écartant écoeuré de la multitude inconsciente, et en déclarant qu'il vivait dans une avant-garde lumineuse, inaccessible à la compréhension des personnes communes.Voyant qu'il était incapable de remplir les engagements assumés, le Seigneur compatissant permit qu'un autre porteur  de la science y aille; après quelque temps il devint un mèdecin admirable . Le nouveau messager de la science se réfugia dans une salle remplie d'herbes et de breuvages, et ne s'intéressa qu'aux malades importants qui pouvaient le récompenser largement, en affirmant que la plèbe était trop mesquine pour capter son attention. Dieu détermina alors que viendrait un autre émissaire de la science qui devint un guerrier célèbre. Il se servit de l'épée du calcul avec maîtrise, se plaça aux côtés d'hommes astucieux et vengeurs, s'éloignant des humbles et des pauvres; il affirma que la seule finalité du peuple était de souligner la gloire des dominateurs sanguinaires.

     Attristé par tant d'échecs, le Seigneur Suprême envoya un autre missionnaire de la science  qui rapidement fut un brillant artiste . Il s'isola  dans les salons riches et opulents et composa une musique pour griser  de plaisir le coeur des hommes  momentanément heureux, en affirmant sue le peuple ne séduisait pas sa sensibilité  que lui-même considérait comme trop avancée pour son temps

 

  Ce fut alors que le Père Sublime , préoccupé par tant de tergiversations , ordonna la venue d'un messager d'amour pour les hommes.

      Cet envoyé contempla tous les tableaux de la terre avec une immense piété, il eut pitié du professeur, du mèdecin,  du guerrier et de l'artiste et fut ému par le malheur et la sauvagerie de la foule . Il décida alors de travailler au nom de Dieu et dvint le serf diligent de tous. Il oeuvra alors au bénéfice de tous, en s'identifiant avec le peuple qu'il était venu servir. Il savait excuser indéfiniment et répéter mille fois le même effort  ou la même leçon. S'il était humilié ou poursuivi, il considérait l'offense comme un défi bienfaisant pour sa capacité de travail régénérateur. Il pouvait ainsi démontrer  sa reconnaissance au Père qui l'avait envoyé  pour la confiance qu'il lui portait . Comme il aimait ses frères de lutte sans réserve, souvent  il fut amené à prier  et à demander le secours du Ciel  face aux griffes de la calomnie  et du sarcasme. Mais il voyait dans les plus basses manifestations de la nature humaine rénovatrice  des motifs pour s'engager  avec plus de chaleur  pour l'élévation des compagnons animalisés qui ne connaissaient pas encore  la grandeur et la sublimité du Père  bienveillant qui leur avait donné la vie.

             Il continua ainsi , se plaçant le dernier de tous, et il alluma la lumière de la foi rénovatrice et de la bonté pure dans le coeur des créatures terrestres, en les élevant au plus haut niveau. Il fut pleinement victorieux dans la divine mission dont il avait été investi.

             La douce parole du Messie  fit légère pause, et voyant le silence qui avait remplacé le bruit de quelques moments auparavant, il termina avec un ton expressif dans la voix  :  culture et sanctification  représentent des forces inséparables de la gloire spirituelle  .La sagesse et l'Amour  sont les deux ailes des anges qui ont atteint le Trône Divin. Mais partout CELUI QUI AIME MARCHE DEVANT CELUI QUI N'A QUE LE SAVOIR

 

                                                 ------------------------------

LE SAINT DEçU

 

  Dans l'humble maison de Capharnaüm, , la conversation s'orienta vers des sujets portant sur la dévotion, le Maître raconta alors avec un ton significatif dans la voix:

   Un homme pieux et vénéré se retira définitivement  dans une grotte isolée en pleine forêt  sous prétexte de servir Dieu. Il y vivait entre ses prières et ses pensées qu'il considérait comme irrépréhensibles et, croyant qu'il s'agissait d'un saint messie , le peuple commença à le révérer avec un profond respect. Si quelqu'un avait l'intention de monter une affaire dans le monde, il allait prestement lui demnder son avis. Fasciné par la considération des autres , le croyant , stagnant dans son adoration sans travail, estimait qu'il devait régler le mode de vie de tous ces gens dans le but respectable de conquérir le paradis.

 

    Si un travailleur de bonne foi lui demandait son opinion sur un projet de travail commercial, il se montrait scandalisé.

     C'est une erreur , ôte la soif du gain qui coule dans tes veines , c'est une ambition criminelle, viens prier et oublie ta convoitise.

     Si un jeune homme quelconque lui demandait son avis sur le mariage, il répondait attristé : c'est absurde, la chair est en train de soumettre ton esprit, c'est de la luxure, viens prier et consumer ton péché.

      Quand un compagnon quelconque lui demandait conseil sur une charge élevé dans l'administration publique, il s'exclamait affligé : c'est un désastre, écarte toi de ta passion pour le pouvoir, c'est de la vanité et de l'orgueil, viens prier  et vaincre tes mauvaises pensées.

       Si une personne  avec de bonnes intentions lui demandait ce qu'il pensait d'une fête de la fraternité qu'il projetait d'organiser, il répondait irrité : c'est une calamité, la joie du peuple  est un dérèglement , fuis le désordre, viens prier et soustrais-toi à la tentation.

        Et ainsi, à cause de l'immense autorité  dont le saint était revêtu, toute personne qui le consultait s'attristait irrémédialement  et venait partager son oisiveté dans la solitude en paralysant totalement son âme.

         Toutefois, le temps que tout transforme fit venir jusqu'au paresseux adorateur la mort du corps physique.

          Tous ses disciples le croyaient au Ciel, et lui-même pensa que de la tombe, il irait directement au paradis, toutefois, il fut très étonné d'être conduit par la force des ténèbres  vers le terrible purgatoire des assassins, en pleurs et désespéré, par une si surprenante affliction, il ne comprenait pas les motifs qui avait mené son Esprit  vers ce tourbillon effrayant et infernal, précisons qu même s'il n'était pas un meurtrier commun sur la terre, là il était considéré comme un tueur de courage et de l'espoir chez les centaines de frères de l'humanité.

 

            Jésus de tut, et Jean, plein d'admiration s'exclama : Maître, je n'aurais jamais imaginé que la dévotion excessive mènerait quelqu'un  à un si grand malheur!

 

             Mais le Christ répondit imperturbable : plantons la croyance  et la confiance parmi les hommes, sans oublier néanmoins que chaque créature doit suivre un parcours qui lui est propre. La foi sans oeuvres est une lampe éteinte . N'oublions jamais qu'en décourageant  les autres à faire  le bien , nous commettant un grand péché  envers le Seigneur tout puissant et compatissant.

 

                                            -----------------------------

 

LE MINISTRE SAGE

 

Mathieu parlait avec solennité de la mission de ceux qui dirigent le peuple, en insistant sur les devoirs des administrateurs et les difficultés des serfs.

     La conversation avançait tard dans la nuit, quand , notant que les apprentis attendaient une parole amie,Jésus raconta souriant:

     Il y avait un royaume au sein duquel apparut un grand parti opposé au souverain qui le gouvernait, Peu à peu, l'esprit de rebellion s'accrut dans certaines familles révoltées et en peu de semaines, toute une province désespérée se souleva contre le monarque , en l'empêchant d'agir.

      Naturellement préoccupé, le roi invita un juge habile pour occuper le poste de premier ministre du pays, souhaitant faire disparaître la discorde ; mais le juge se mit à créer une quantité énorme de lois et de documents écrits qui n'apportèrent aucun changement.

        

 

 

 

       

 

 

 

                 

 

 

.

       

      

    

 

 

-

 

.

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 
 


u

.

 

 

 


 

 

.

*-

                                              


 

  .

 

 



Réagir


CAPTCHA